L’Agefiph enregistre des résultats encourageants en 2013

Dans son rapport d’activité 2013 publié le 15 avril, l’Agefiph relève de nombreux signes positifs qui traduisent l’engagement des entreprises à travers l’emploi direct de travailleurs handicapés et le recours à la sous-traitance. Elle souligne aussi la nette progression de l’alternance.
Plus vulnérable aux effets de la crise, le public des travailleurs handicapés comptait, au 31 décembre denier, plus de 413 421 demandeurs d’emploi, soit 11,5 % de plus qu’en 2012. Néanmoins, le rapport d’activité 2013 de l’Agefiph, présenté le 15 avril, se montre encourageant. Il constate une progression dans le respect de l’obligation d’emploi de travailleurs handicapés par les entreprises. Il enregistre aussi une évolution positive sur les trois axes prioritaires fixés cette année-là : la formation, l’alternance et le maintien dans l’emploi. Pour 2014, le conseil d’administration de l’Agefiph a retenu trois grandes orientations. La formation et l’accès à la qualification, notamment par l’alternance, resteront une priorité jusqu’en 2015. Il en ira de même pour l’objectif de maintien dans l’emploi, lié en particulier à l’allongement de la vie active et au fait que les handicaps se multiplient et s’aggravent avec l’âge. Le troisième défi sera celui de la représentation collective du handicap.
Le constat en demi-teinte de la baisse des contributions
En 2013 les entreprises de 20 salariés et plus ont versé 441,5 millions d’€ de contributions à l’Agefiph, soit 7 % de moins sur un an. Cette baisse est à la fois le fruit de la montée du chômage et de la plus grande mobilisation des entreprises en faveur de l’emploi des personnes handicapées. En effet, seules les entreprises qui ne respectent par l’obligation de compter 6 % de personnes handicapées dans leurs effectifs versent cette contribution. Pour remplir cette obligation, elles peuvent embaucher mais aussi faire appel au secteur protégé et adapté, signer un accord sur l’emploi des personnes handicapées ou accueillir des stagiaires. Ainsi, « nous sommes la seule association qui travaillons à notre disparition », ironisait Odile Menneteau, la présidente de l’Agefiph. Elle souligne que 41 % des établissements atteignent le quota de 6 % et que 11 % des entreprises sont couvertes par un accord agréé. Plus de la moitié des entreprises ne contribuent donc pas ou plus. Seules 7 % des entreprises sont dites « à quota zéro » et ne font rien pour les travailleurs handicapés. Il s’agit principalement des entreprises de petite taille, qui sont en général en demande d’accompagnement. Au total 5 400 entreprises ont été conseillées par le réseau Alther, et 65 000 ont été accompagnées dans leurs recrutements par les Cap emploi. Par ailleurs, l’Agefiph intervient aussi dans le cadre de conventions conclues avec de grandes entreprises, et 20 de ces conventions ont été conclues en 2013.
Des résultats positifs en matière d’insertion et de formation
En 2013, les Cap emploi ont accompagné 170 000 personnes et contribué à 70 500 recrutements, contre 66 030 en 2012, soit une progression de 7 %. 47 % des placements ont été faits auprès d’établissements de moins de 20 salariés. 19 % des contrats conclus étaient des CDI et 20 % des CDD de plus de 12 mois. Le nombre de créations d’activité soutenues par l’Agefiph a augmenté, en outre, de 3 % en un an, passant de 2 984 à 3 061.
Par ailleurs, plus de 60 000 personnes ont bénéficié de formations financées en tout ou partie par l’Agefiph. 23 051 ont ainsi intégré une formation qualifiante ou préqualifiante dont plus de 2000 dans le cadre du plan de formations prioritaires pour l’emploi de l’État. 28 302 ont suivi des actions de remise à niveau, celles-ci étant d’autant plus nombreuses que le public des travailleurs handicapés est souvent âgé et peu ou pas qualifié. Le plan de développement de l’alternance de l’Agefiph vise une hausse de 25 % entre 2012 et la fin 2014. Or l’année 2013 enregistre à elle seule une progression de 20 % de ces contrats : 2 338 contrats de professionnalisation (+ 16 %) et 2 418 contrats d’apprentissage (+ 24 %) ont été conclus et ont abouti sur un recrutement dans 52 % des cas en moyenne.
On retiendra encore que 17 167 actions de maintien dans l’emploi ont été réalisées par le réseau des Sameth afin de trouver des solutions d’adaptation du poste. Elles ont permis le maintien de la personne dans 89 % des cas. En outre, en 2013, l’Agefiph a reçu 3 533 demandes de reconnaissance de la lourdeur du handicap (RLH). Si elle est accordée, elle permet de bénéficier de l’aide à l’emploi des travailleurs handicapés (AETH) versée pendant trois ans (9 295 sont en cours de versement en 2013).
Liaisons Sociales Quotidien n° 16574 du 17/04/2014