Le Service Publique de l’emploi se réuni dans les locaux d’une entreprise adaptée

Le 30 juin 2017, le Service Publique de l’Emploi Départemental du Puy de Dôme avait décidé d’organiser sa rencontre dans les locaux d’une entreprise adaptée.

Cette rencontre étant axée plus spécifiquement sur les demandeurs d’emploi en situation de handicap, c’est tout naturellement que PHARM’ADIS, entreprise adaptée spécialisée dans le conditionnement de médicaments à usage humain et vétérinaire, a accepté que cette rencontre se déroule chez elle.

En présence de madame Danièle POLVE-MONTMASSON, Préfète du Puy de Dôme, des sous préfets de Thiers, d’Ambert et d’Issoire, de la directrice de l’unité territoriale de la DIRECCTE, du directeur territorial de POLE EMPLOI et de nombreux autres invités, la pharmacienne responsable de production et la pharmacienne responsable du management de la qualité ont pu faire découvrir les compétences et l’organisation de leur entreprise à leur hôtes.

Cette initiative a été très appréciée par l’ensemble des participants, et madame le préfète n’a pas manqué de remercier, au travers du gérant de PHARM’ADIS, l’ensemble des salariés pour leur accueil et la qualité de leur travail.

Cette initiative venait en compléter une autre, prise quelque temps auparavant par CAP EMPLOI et POLE EMPLOI avec le soutien de l’UNEA : Mettre en œuvre un club RH entre les entreprises adaptées du département, Pôle Emploi et Cap Emploi pour favoriser le recrutement des demandeurs d’emploi en situation de handicap.

Vigilance face aux faux démarcheurs et aux fausses promesses d’exonération de la contribution AGEFIPH

En cette période de finalisation des DOETH, nous constatons une nouvelle recrudescence des démarchages auprès des entreprises sur l’ensemble du territoire par des individus peu scrupuleux qui se prétendent commerciaux de structures des secteurs adapté (Entreprise Adaptée)  et protégé (ESAT), salariés de l’AGEFIPH ou parfois même salariés de l’UNEA. Il s’avère même que certaines structures soient fictives.

Il est bien entendu que l’UNEA n’a rien à voir dans de telles pratiques et au contraire et notre union est fermement opposée à ce style de démarche.

Une sollicitation assortie de menaces

Nous dénonçons ces démarchages téléphoniques forcés, culpabilisant dont l’argumentaire est souvent totalement faux et vise à vendre des produits prétendus fabriqués par des salariés des secteurs adapté et protégé, à des prix prohibitifs, en jouant sur le triplement de la contribution  Agefiph pour les entreprises qui ne respectent pas l’obligation d’emploi de 6% de travailleurs handicapés.

Des menaces de contrôle par les services de l’Agefiph ou de la DIRECCTE sont même avancées.

Des informations très généralement mensongères

Ces personnes tiennent généralement des propos inexacts notamment sur le montant de la contribution à verser et sur les modes de calcul de votre obligation d’emploi. Attention, vous risquez d’être victime d’une escroquerie et de devoir – au surplus – régler l’intégralité de votre contribution à l’Agefiph.

Pour mémoire, la surcontribution Agefiph ne s’appliquera pas pour les entreprises :

  • Qui ont un salarié bénéficiaire de l’OETH dans leurs effectifs
  • Qui ont passé des commandes avec les établissements des secteurs Adapté et protégé (supérieur au montant minimum défini dans le décret 2012-943 : de 400 fois le Smic horaire à 600 fois le Smic horaire) sur une période de 4 ans.

Ces personnes peu scrupuleuses vous promettent également des « exonérations » sur 100% du montant de la facture de produits achetés. Nous tenons rappeler que les modalités de calcul des équivalences d’emploi se réalisent sur la notion de chiffre d’affaires utile (chiffre d’affaires – prix des matières premières – frais commerciaux – consommation)

Sur cette nature d’achat, il est donc impossible de calculer des équivalences d’emploi sur 100% du montant de la facture

Ne donnez pas suite et informez nous

Entreprises, si vous êtes victimes de ce type de démarchage, ne donnez bien sûr aucune suite, relevez tous les éléments possibles vous permettant d’alerter les services de la Direccte ou de la DGCCRF  et n’hésitez pas à nous en informer : info@unea.fr ou d’informer l’agefiph  doeth@agefiph.asso.fr

UNE INNOVATION POUR PARLER DU HANDICAP

Un laboratoire pharmaceutique, une entreprise adaptée et un organisme de formation s’associent…

Dans la continuité des actions menées par le laboratoire pharmaceutique GALDERMA dans le cadre de sa politique handicap, une journée de sensibilisation réalisée au sein de l’entreprise adaptée PHARM’ADIS et animée par ADIS Conseil et Formation a permis à 10 salariés de bénéficier d’une journée de formation.

Au programme

Une matinée de sensibilisation pour lever les préjugés : « Qu’est-ce que le handicap, de quoi parlons-nous vraiment »

Une après-midi d’intégration sur les chaines de production de PHARM’ADIS auprès de salariés reconnus travailleurs handicapés.

Le déjeuner servi a été préparé par un ESAT auvergnat.

 

Retours des participants sur cette journée

« Admiratif devant le travail complexe réalisé par les salariés en situation de handicap ! »

« Belle journée de découverte sur le handicap !  Implication, volonté et empathie sont les mots qui caractérisent vraiment PHARM’ADIS »

« Très enrichissant sur le plan humain. Les différences n’empêchent pas la performance »

« Impossible de deviner la présence du handicap pendant que je travaillais avec les salariés : invisible ! »

 

Partager, comprendre, changer de regard : un bilan positif pour les participants et les salariés, chacun s’étant enrichi au contact de l’autre.

 

Diminuer votre contribution AGEFIPH: ne passez pas à coté !

La fin de l’année approche, et la période des comptes en termes d’obligation d’emploi des travailleurs handicapés aussi!

La loi permet aux établissements de déduire du montant de leur contribution certaines dépenses effectuées. Ces dépenses doivent avoir pour finalité l’accueil, l’insertion ou le maintien dans l’emploi des bénéficiaires au sein de l’établissement ou doivent avoir pour objet de faciliter l’accès des personnes handicapés à la vie professionnelle.

Dans ce cadre là, vous pouvez trouver les modalités générales en cliquant ici .

Nous tenons cependant à vous rappeler quelques-unes de ces modalités: Lire la suite

Les valeurs de l’ADIS exprimées dans le Rallye Aicha des Gazelles

« Nous voilà de retour dans notre belle région Auvergnate après presque 3 semaines de périple au Maroc.

Nous avons beaucoup de peine à quitter nos gilets, casques et palladiums. Car cela signifie que c’est vraiment la fin…1898218_358643360995774_5823567746581872101_n

Nous espérons avoir réussi à partager cette aventure avec vous et nous remercions d’ailleurs Bérénice BEGON, d’Archetype Communication, pour l’animation de notre page Facebook tout au long du Rallye.

Nous avons découvert un pays magnifique aux paysages variés. Nous pouvons dire que nous avons traversé les plus hautes dunes d’Afrique en 4×4 (Merzouga) et que les Oueds n’ont plus de secret pour nous.

Pépère, notre 4×4 décoré aux couleurs « des valeurs de l’ADIS » pour l’occasion, et piloté par une main de fer, nous a mené partout où nous le souhaitons et hormis quelques petits problèmes électriques, il aura fini son 4ème Rallye Aïcha des Gazelles à l’âge de 35ans !

Nous l’avons tous les jours « chouchouté » et il nous l’a parfaitement rendu.

Merci à Land Rover A11130119_355683921291718_4530635256988001856_nuvergne (Prestige Car) et au Lycée Pierre Boulanger à Pont du Château d’avoir soigné Pépère jusqu’au dernier jour avant le départ !

Nous devons aussi notre motivation quotidienne aux nombreux messages de soutiens et d’encouragements reçus.

Une majorité d’entre eux émanaient de l’ADIS. Nous tenons donc à remercier tout particulièrement Guillaume BODET (Directeur Général) ainsi que les salariés et encadrants de l’ADIS.

Nous avons tout donné pour porter (transporter !) les couleurs de l’ADIS avec nous.

Les valeurs, elles, nous ont aidé à relever de nombreux défis.. Elles nous ont également rappelé l’importance d’écouter, de partager, d’aller jusqu’au bout, d’aider… 

29mars-9174_redimensionnerBien plus qu’un Rallye, nous avons vécu une véritable aventure humaine, suivies de près par la « caravane cœur de Gazelles » qui a pu faire plus de 8000 consultations médicales et donner de nombreux accessoires médicaux nécessaires à la population comme des fauteuils roulants.

La bonne entente, le courage et la détermination de notre équipage nous aura permis de terminer cette course avec une 47e place au classement général sur 124 (22e pour les premières participantes sur 88). Et c’est une grande satisfaction pour nous. »11054454_349156881944422_9053695031392759618_n

Ce rallye que nous avons vécu sur quelques jours, est une très belle image de ce que l’ADIS vit depuis 40 ans!

Estelle et Marine

EM les Gazelles

PHARM’ADIS devient dépositaire

Depuis le 1 janvier 2015, à la demande d’un de nos clients, nos statuts et notre agrément ANSM ont été élargis pour couvrir désormais l’activité de dépositaire.

Cela nous a amené à investir dans un logiciel spécifique et à mettre en place toutes les procédures nécessaires pour délivrer des échantillons médicaux gratuits aux médecins qui en font la demande à notre client.

La montée en cadence a été très rapide et nous traitons, à ce jour,  plus de 200 demandes par jour, capacité qui peut être rapidement ajustée en fonction de la demande.

« Acheter responsable », a ajouté Pierre Pelouzet, « c’est aussi s’ouvrir vers le monde du handicap et faire travailler le secteur adapté »

« Vous brassez des milliards, utilisez-les correctement ! »
Publié le 12/02/2015 par Aude Guesnon
A l’occasion des Rencontres Décision Achats, Pierre Pelouzet a exhorté les acheteurs à prendre leurs responsabilités vis-à-vis des fournisseurs et à acheter responsable.
« En tant qu’acheteur, vous avez la responsabilité du fournisseur et si vous ne la prenez pas, c’est que vous faites mal votre boulot! ». Pierre Pelouzet, médiateur national des relations inter-entreprises, a profité, jeudi matin,
des Rencontres Décision Achats pour exhorter les acheteurs présents – et ils étaient nombreux – à veiller sur leurs fournisseurs. Et notamment au respect des délais de paiement. « Il manque 15 milliards d’euros dans les caisses
des PME et ce manque, dû aux retards de paiements, est à l’origine des 25% des faillites d’entreprises ». « Vous avez, entre vos mains, la vie et la mort des entreprises », a-t-il déclaré avec un brin d’emphase, certes, mais une immense
conviction. Le message a le mérite d’être fort. Et de bien mettre chacun devant ses responsabilités: « Quand on achète », a-t-il souligné, « on a une vraie responsabilité car on brasse des milliards. Vous avez le choix de les utilisez correctement, alors faites-le. »
Pierre Pelouzet est convaincu que les acheteurs sont des acteurs importants de la reprise, voire les acteurs de. « La reprise est entre vos mains », leur a-t-il déclaré.
Et de leur expliquer que c’est là tout l’intérêt et la valeur ajoutée du job: « Vous êtes à la croisée des chemins. Soit vous restez dans la caricature – et vous vous contentez de faire 5% d’économies sur chaque contrat, mais là, autant changer de métier – soit vous allez vers des achats responsables », a-t-il martelé. Dans l’assistance, nombreux sont ceux qui ont opiné du bonnet. Mais il prêchait là des convaincus, ou des presque convaincus. Les acheteurs qui l’écoutaient participaient à une journée organisée sous le thème de la relation fournisseurs et ses nouvelles frontières.
Pour acheter responsable, a souligné Pierre Pelouzet, les acheteurs ont un arsenal d’outils à disposition, dont la Charte « relations fournisseurs responsables » qui compte 540 signataires. « Beaucoup de chefs d’entreprise se sont reconnus dans les valeurs que portent cette Charte », a-t-il commenté, et la marche supérieure : le Label « relation fournisseurs responsables », déjà attribué à 26 entreprises. Les acheteurs ont aussi la possibilité d’adhérer au Pacte PME: « chaque million que vous dépensez, vous avez la possibilité de l’utiliser à travers le Pacte PME pour faire grandir des
petites entreprises ou des entreprises de taille intermédiaire ». Acheter responsable, a ajouté Pierre Pelouzet, « c’est aussi s’ouvrir vers le monde du handicap et faire travailler le secteur adapté. »
Pierre Pelouzet a, pour finir, appelé les acheteurs au dialogue: « une des grandes choses à faire est de recréer le dialogue. De recréer le contact; d’essayer de se parler pour aller vers une solution plutôt que vers le conflit. C’est tout cela qui nous fera passer de la défiance à la confiance ». Et si conflit il y a, les acheteurs peuvent recourir à la médiation pour éviter que la relation ne s’envenime : »Dans 8 cas sur 10, les entreprises qui nous saisissent repartent avec une solution ».

Accepter de reconnaitre les capacités de chacun…

Voir la vidéo

Démonstration de l’intelligence collective en 3 minutes

Bobby McFerrin nous fait une belle démonstration de l’intelligence collective en moins de trois minutes.

 

Profitez-en en cliquant ici

Deux gazelles célèbrent les 40 ans de l’ADIS

Estelle et Marine se lancent dans l’aventure du rallye Aïcha pour véhiculer des valeurs qui leur sont chères.

De collègues à amies, Marine Barbat (27 ans) et Estelle Genevrier (35 ans) sont devenues coéquipières à la faveur d’un projet sportif. Le Rallye des Gazelles qui véhicule des valeurs proches de celles de leur association professionnelle tombe à pic pour célébrer 40 ans d’engagement. Et d’élan.

un genre de projet comme il s’en lève sans crier gare. « Des affinités nous conduisaient déjà à partager, outre des tranches de travail au sein de l’ADIS (1), des loisirs dont le goût des voyages », expliquent en ch’ur les nouvelles recrues de l’univers des gazelles. « Il se trouve que notre employeur célèbre l’an prochain 40 ans d’évolution au service des personnes handicapées. On voulait contribuer à la célébration de l’événement dans l’esprit qui anime la maison ». Autour des thèmes des solidarités, de la détermination et de la dignité. Le cadre du rallye féminin, d’orientation et de communion avec les populations, présentait une certaine similitude. « 2015 est l’année pour se lancer, estime le binôme déjà très engagé dans son programme de préparation. Nous connaissons notre numéro de course, le 101, et nous avons déjà couvert le montant de l’inscription ». A fond dans la préparation du grand bond vers le sud marocain, Estelle, la blonde qui tient les manettes du pilotage s’est entraînée et continuera à progresser jusqu’au coup d’envoi fin mars. Marine, la brune à la boussole s’emploie à ne pas perdre le nord pour assurer une navigation sans embarras. Chaque jour ou presque leur apporte son lot de découvertes sur le chemin de la mise en ‘uvre du saut vers l’inconnu, derrière la dune. Leur véhicule, un vénérable Range Rover des années 80, à moteur V8 a déjà couvert trois fois le périple. Connaît-il pour autant le trajet juste ? Du moins devrait-il respirer la santé grâce aux bons soins des élèves du lycée Pierre- Boulanger de Pont-du -Château qui s’activent au chevet de son fonctionnement. Et puis il y a l’entourage, proche comme professionnel, qui encourage le duo. D’un complément de budget de l’ordre de 7.000 € pour couvrir les postes non encore pourvus. Au-delà des contingences, toutes les manifestations de soutien leur vont droit au c’ur (2).
« A la faveur de la présentation de notre dossier, fin septembre lors de la fête du cochon, nous avons perçu une belle mobilisation à nos côtés. En retour nous pouvons assurer que nous donnerons naturellement le maximum pour toucher au but ». La marche avant est engagée, avec dans la boîte la très forte envie de poursuivre loin la réalisation d’un rêve commun.

(1) L’ADIS, créée en 1975 à l’initiative de plusieurs associations ‘uvrant dans le domaine du handicap, emploie 400 salariés sur la région (à 80 % handicapés) dans des secteurs divers. Estelle travaille dans le service qualité de Pharm’adis, entreprise adaptée située à Cébazat. Marine ‘uvre auprès de d’Agradis, sur la commune de Malintrat, avec pour activité l’entretien des espaces verts.

(2) sur em-les gazelles.com.

Jean-François Meunier