INTERIM et ALTERNANCE

Vous souhaitez effectuer un contrat de professionnalisation et vous êtes salarié intérimaire ?
Vous êtes une entreprise et vous souhaitez en savoir plus sur les modalités de prise en charge d’un salarié intérimaire en alternance ?

ALORS SACHEZ QUE LES E.T.T. OU E.T.T.I *

PEUVENT PORTER LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION !

Voici les informations à savoir !

Pourquoi ?

Permettre à un intérimaire d’obtenir une qualification professionnelle reconnue en étant formé aux métiers de nos clients

Pour qui ?

Pas de limite d’âge : jeunes de 16 à 25ans ou demandeurs d’emploi

Comment ?

Le contrat de professionnalisation est signé entre l’intérimaire et l’E.T.T. ou l’E.T.T.I.

L’E.T.T. / E.T.T.I. propose ensuite des contrats de mission-formation (pour les périodes de formation) et des contrats de mission (pour les périodes d’emploi en entreprise).

Et l’entreprise utilisatrice ?

Elle désigne un tuteur chargé d’accompagner le salarié et peut également organiser une formation pratique en plus des périodes d’emploi et de formation externe.

Pour plus d’information vous pouvez contacter l’équipe d’INSER’ADIS au 04.73.23.30.28

N’hésitez pas à également consulter le site du FAFTT et de l’AGEFIPH ! (Liens dans la description)

 

http://www.faftt.fr/upload/docs/application/pdf/2015-06/cpro_interimaire_mode_demploi.pdf

http://www.faftt.fr/site/tt1_12649/fr/entreprises/le-contrat-de-professionnalisation-interimaire

Pour aller plus loin : Handicap et alternance 

Je suis candidat : https://www.agefiph.fr/Personne-handicapee/Dossiers-pratiques/L-alternance-opportunites-et-exigences

Je suis une entreprise : https://www.agefiph.fr/Professionnel/Dossiers-pratiques/Recrutement-en-alternance-quelles-solutions

 

* Entreprises de Travail Temporaire / Entreprises de Travail Temporaire d’Insertion

Le Service Publique de l’emploi se réuni dans les locaux d’une entreprise adaptée

Le 30 juin 2017, le Service Publique de l’Emploi Départemental du Puy de Dôme avait décidé d’organiser sa rencontre dans les locaux d’une entreprise adaptée.

Cette rencontre étant axée plus spécifiquement sur les demandeurs d’emploi en situation de handicap, c’est tout naturellement que PHARM’ADIS, entreprise adaptée spécialisée dans le conditionnement de médicaments à usage humain et vétérinaire, a accepté que cette rencontre se déroule chez elle.

En présence de madame Danièle POLVE-MONTMASSON, Préfète du Puy de Dôme, des sous préfets de Thiers, d’Ambert et d’Issoire, de la directrice de l’unité territoriale de la DIRECCTE, du directeur territorial de POLE EMPLOI et de nombreux autres invités, la pharmacienne responsable de production et la pharmacienne responsable du management de la qualité ont pu faire découvrir les compétences et l’organisation de leur entreprise à leur hôtes.

Cette initiative a été très appréciée par l’ensemble des participants, et madame le préfète n’a pas manqué de remercier, au travers du gérant de PHARM’ADIS, l’ensemble des salariés pour leur accueil et la qualité de leur travail.

Cette initiative venait en compléter une autre, prise quelque temps auparavant par CAP EMPLOI et POLE EMPLOI avec le soutien de l’UNEA : Mettre en œuvre un club RH entre les entreprises adaptées du département, Pôle Emploi et Cap Emploi pour favoriser le recrutement des demandeurs d’emploi en situation de handicap.

Vigilance face aux faux démarcheurs et aux fausses promesses d’exonération de la contribution AGEFIPH

En cette période de finalisation des DOETH, nous constatons une nouvelle recrudescence des démarchages auprès des entreprises sur l’ensemble du territoire par des individus peu scrupuleux qui se prétendent commerciaux de structures des secteurs adapté (Entreprise Adaptée)  et protégé (ESAT), salariés de l’AGEFIPH ou parfois même salariés de l’UNEA. Il s’avère même que certaines structures soient fictives.

Il est bien entendu que l’UNEA n’a rien à voir dans de telles pratiques et au contraire et notre union est fermement opposée à ce style de démarche.

Une sollicitation assortie de menaces

Nous dénonçons ces démarchages téléphoniques forcés, culpabilisant dont l’argumentaire est souvent totalement faux et vise à vendre des produits prétendus fabriqués par des salariés des secteurs adapté et protégé, à des prix prohibitifs, en jouant sur le triplement de la contribution  Agefiph pour les entreprises qui ne respectent pas l’obligation d’emploi de 6% de travailleurs handicapés.

Des menaces de contrôle par les services de l’Agefiph ou de la DIRECCTE sont même avancées.

Des informations très généralement mensongères

Ces personnes tiennent généralement des propos inexacts notamment sur le montant de la contribution à verser et sur les modes de calcul de votre obligation d’emploi. Attention, vous risquez d’être victime d’une escroquerie et de devoir – au surplus – régler l’intégralité de votre contribution à l’Agefiph.

Pour mémoire, la surcontribution Agefiph ne s’appliquera pas pour les entreprises :

  • Qui ont un salarié bénéficiaire de l’OETH dans leurs effectifs
  • Qui ont passé des commandes avec les établissements des secteurs Adapté et protégé (supérieur au montant minimum défini dans le décret 2012-943 : de 400 fois le Smic horaire à 600 fois le Smic horaire) sur une période de 4 ans.

Ces personnes peu scrupuleuses vous promettent également des « exonérations » sur 100% du montant de la facture de produits achetés. Nous tenons rappeler que les modalités de calcul des équivalences d’emploi se réalisent sur la notion de chiffre d’affaires utile (chiffre d’affaires – prix des matières premières – frais commerciaux – consommation)

Sur cette nature d’achat, il est donc impossible de calculer des équivalences d’emploi sur 100% du montant de la facture

Ne donnez pas suite et informez nous

Entreprises, si vous êtes victimes de ce type de démarchage, ne donnez bien sûr aucune suite, relevez tous les éléments possibles vous permettant d’alerter les services de la Direccte ou de la DGCCRF  et n’hésitez pas à nous en informer : info@unea.fr ou d’informer l’agefiph  doeth@agefiph.asso.fr

Le cercle de l’innovation sociale du club des 1000 :

Le cercle de l’innovation sociale du club des 1000:

 

Les 50 réponses aux questions que se posent les dirigeants d’entreprise…

Elles sont sociales, solidaires et performantes…

La Fédération des Entreprises d’Insertion vous propose une vidéo de présentation de INSER’ADIS: ICI

INSER’ADIS s’engage dans une dynamique de progrès continu pour la satisfaction de ses salariés en insertion, de ses clients et de ses partenaires, ainsi que pour la mobilisation et la fierté de l’ensemble de ses collaborateurs.

Nous nous appuyons sur la norme ISO 26000, car elle nous permet d’alimenter notre réflexion stratégique (orientation et propositions) ce qui nous aide à définir notre système de management selon la norme ISO 9001.

Nous utilisons des principes de la Responsabilité Sociétale des Entreprises au travers :

–        D’engagements responsables,

–        De comportements éthiques et transparents,

 

Diminuer votre contribution AGEFIPH: ne passez pas à coté !

La fin de l’année approche, et la période des comptes en termes d’obligation d’emploi des travailleurs handicapés aussi!

La loi permet aux établissements de déduire du montant de leur contribution certaines dépenses effectuées. Ces dépenses doivent avoir pour finalité l’accueil, l’insertion ou le maintien dans l’emploi des bénéficiaires au sein de l’établissement ou doivent avoir pour objet de faciliter l’accès des personnes handicapés à la vie professionnelle.

Dans ce cadre là, vous pouvez trouver les modalités générales en cliquant ici .

Nous tenons cependant à vous rappeler quelques-unes de ces modalités: Lire la suite

Partenariat avec le CRP de St AMANT TALLENDE

Partenaire précieux  du CRP depuis plus de 6 ans,  INSER’ADIS est pour nos stagiaires et notre équipe pluridisciplinaire, plus qu’un relais d’information c’est aussi un sérieux  ouvreur d’emploi. Les interventions des professionnels  dans nos locaux  sont toujours très appréciées et permettent souvent  une première prise de contact.

Nadine DEGIRONDE
Chargée d’insertion au CRP de ST Amant Tallende

Les valeurs de l’ADIS exprimées dans le Rallye Aicha des Gazelles

« Nous voilà de retour dans notre belle région Auvergnate après presque 3 semaines de périple au Maroc.

Nous avons beaucoup de peine à quitter nos gilets, casques et palladiums. Car cela signifie que c’est vraiment la fin…1898218_358643360995774_5823567746581872101_n

Nous espérons avoir réussi à partager cette aventure avec vous et nous remercions d’ailleurs Bérénice BEGON, d’Archetype Communication, pour l’animation de notre page Facebook tout au long du Rallye.

Nous avons découvert un pays magnifique aux paysages variés. Nous pouvons dire que nous avons traversé les plus hautes dunes d’Afrique en 4×4 (Merzouga) et que les Oueds n’ont plus de secret pour nous.

Pépère, notre 4×4 décoré aux couleurs « des valeurs de l’ADIS » pour l’occasion, et piloté par une main de fer, nous a mené partout où nous le souhaitons et hormis quelques petits problèmes électriques, il aura fini son 4ème Rallye Aïcha des Gazelles à l’âge de 35ans !

Nous l’avons tous les jours « chouchouté » et il nous l’a parfaitement rendu.

Merci à Land Rover A11130119_355683921291718_4530635256988001856_nuvergne (Prestige Car) et au Lycée Pierre Boulanger à Pont du Château d’avoir soigné Pépère jusqu’au dernier jour avant le départ !

Nous devons aussi notre motivation quotidienne aux nombreux messages de soutiens et d’encouragements reçus.

Une majorité d’entre eux émanaient de l’ADIS. Nous tenons donc à remercier tout particulièrement Guillaume BODET (Directeur Général) ainsi que les salariés et encadrants de l’ADIS.

Nous avons tout donné pour porter (transporter !) les couleurs de l’ADIS avec nous.

Les valeurs, elles, nous ont aidé à relever de nombreux défis.. Elles nous ont également rappelé l’importance d’écouter, de partager, d’aller jusqu’au bout, d’aider… 

29mars-9174_redimensionnerBien plus qu’un Rallye, nous avons vécu une véritable aventure humaine, suivies de près par la « caravane cœur de Gazelles » qui a pu faire plus de 8000 consultations médicales et donner de nombreux accessoires médicaux nécessaires à la population comme des fauteuils roulants.

La bonne entente, le courage et la détermination de notre équipage nous aura permis de terminer cette course avec une 47e place au classement général sur 124 (22e pour les premières participantes sur 88). Et c’est une grande satisfaction pour nous. »11054454_349156881944422_9053695031392759618_n

Ce rallye que nous avons vécu sur quelques jours, est une très belle image de ce que l’ADIS vit depuis 40 ans!

Estelle et Marine

EM les Gazelles

Bienveillance et Attention !

Bienveillance et Attention ! Les pépites de l’efficience et du bien-être en entreprise

Publié le 04/03/2015 sur le journal de l’éco

 « Tout ce qui nous fait accepter la vie est bon, tout ce qui nous la fait refuser est médiocre et provisoire » nous enseigne Jean-Claude Ameisen, Médecin, chercheur et professeur d’immunologie à l’université Paris-Diderot et par ailleurs Président du Comité consultatif national d’éthique. A l’heure du « French Bashing » et de la désespérance contagieuse et  face au changement accéléré et à la difficulté d’agir en prise avec le réel quand on peine à le lire tant il est touffu, contradictoire, hétérogène, bref complexe, Claude Ameisen attire notre attention sur le fait que la paix n’est pas dans le monde mais dans le regard de paix que nous portons sur ce monde ».

 

Quand on veut faire accepter une rupture… il faut commencer par sécuriser…

Nous sommes confrontés à une situation complexe ou l’innovation, garant de notre pérennité, nous oblige à sortir de notre zone de confort qui assure de façon paradoxale notre sécurité. L’innovation dans l’entreprise comme dans la création artistique nécessite d’adopter une vision nouvelle de la réalité qui va inéluctablement provoquer une rupture destructrice de l’ordre établi dans lequel nous évoluons et auquel nous sommes familiers. Quand on veut faire accepter une rupture ou un changement brutal il faut, de façon paradoxale, commencer par sécuriser et flatter les personnes concernées par cette mutation, et plus la rupture est brutale et inexplicable par des mots plus il faut pratiquer une extrême bienveillance et porter son attention aux personnes afin d’éviter des réactions de rejet et de violence à l’encontre des innovations proposées. L’exemple édifiant et réussi des Impressionnistes, grâce à la stratégie qu’ils ont imaginée et mise en place à la fin du 19éme siècle pour faire accepter leur rupture artistique avec le classicisme intemporel et anesthésié de leurs prédécesseurs, éclaire particulièrement la situation que nous traversons actuellement.

La tourmente économique que nous traversons associée à la nécessité d’innover a pour effet de cristalliser l’attention de beaucoup de managers sur la peur d’échouer et sur l’obsession de la performance à tout prix. Cette attitude mentale les pousse à vouloir tout prévoir et contrôler en se focalisant sur la tâche et le résultat et les décentre ainsi de la raison d’être du management, à savoir : l’accompagnement des hommes dans le but de les faire grandir. Cette perte de sens de la fonction du manager qui devrait progressivement passer d’une position hiérarchique à une posture de coach entraine de sérieux dysfonctionnements et une disparition de la bienveillance dans les relations interpersonnelles.

Créer de la confiance et pratiquer la bienveillance…

Bien au contraire les managers devraient s’employer à créer de la confiance et à pratiquer la bienveillance envers leurs collaborateurs pour lever leurs peurs et leur inquiétudes et les rendant ainsi plus audacieux, plus imaginatifs et créatifs. Selon Laurie Mondillon enseignant chercheur spécialiste de la psychologie des émotions et de la gestion du stress, les managers doivent faire de la prévention en aidant leurs salariés à se responsabiliser et construire leur santé et leur bien-être et pas seulement s’occuper d’eux quand ils ont fait un burnout ou un accident cardio-vasculaire ceci d’autant plus que les prévisions en matière de santé au travail laissent augurer d’ici 2020 un accroissement spectaculaire de ces deux fléaux en entreprise.

Au lieu de se laisser envahir par des images et des sons saturés d’informations chaotiques, brutales et inquiétantes Jean Claude Ameisen nous invite, à la lecture des derniers travaux de laboratoire effectués par des scientifiques Japonais à nous plonger dans un univers saturé d’images de bébés pleines de tendresse et d’émotions. Stupeur et tremblement qui aurait pu pronostiquer que la vue d’images représentant de jeunes enfants pouvait à ce point, sans effort et volonté affichée, développer notre empathie et changer, notre humeur, la qualité de notre attention à l’autre, notre désir de coopération mais surtout la qualité et l’efficience de notre travail.

Le manager se doit de devenir un passeur…

Dans le même sens, et à l’éclairage d’une réflexion de Boris Cyrulnik, le manager se doit de devenir un passeur qui aide avec bienveillance et tempérance ses collaborateurs à concilier « deux courants contraires qui les entrainent l’un à devenir eux-mêmes en s’arrachant à leur groupe, l’autre à appartenir à leur groupe, ce qui les ampute d’une partie de leurs potentialités en leur donnant une personnalité collective ». C’est à ce prix que les managers permettront à leurs collaborateurs de retrouver la confiance et la sérénité nécessaires pour assurer leur bien-être et satisfaire de façon pérenne aux exigences d’adaptation, d’innovation et d’efficience imposées par la compétition économique.

J’invite les dirigeants et les managers à lâcher prise…

Le rôle de l’artiste est de nous questionner, de nous déranger sans pour autant nous agresser en stimulant nos yeux anesthésiés par tant d’images qui déferlent au quotidien. Sur les pas de l’artiste, j’invite les dirigeants et les managers à lâcher prise, à mieux sentir et observer leur environnement dans l’instant présent et à être plus bienveillant envers eux même et les autres. Ils développeront ainsi leur vision prospective et leur créativité et pourront répondre collectivement, avec bien-être et efficience, aux nombreux défis en termes d’innovation et de performance auxquels ils sont confrontés. Pour ce faire ils peuvent se tourner vers des méthodes aujourd’hui validées scientifiquement en découvrant puis en pratiquant au quotidien des techniques telles que la « Mindfulness » ou « Méditation en Pleine conscience » et la « Cohérence cardiaque ».

Une chronique du Journal de l’éco
Go Between
contacter: gobetween@gobetween.net

Accepter de reconnaitre les capacités de chacun…

Voir la vidéo